Le Maître du Kirghizistan est renversé, mais la politique du juste milieu pourra-t-elle tenir ?

Le Maître du Kirghizistan est renversé, mais la politique du juste milieu pourra-t-elle tenir ?

Un pays pauvre en ressources parmi des autocraties riches en pétrole a un énorme défi pour maintenir une démocratie nouvellement gagnée
Paula R. Newberg
Monday, March 28, 2005

WASHINGTON : La seule chose vraiment étonnante au sujet de la chute du gouvernement du Kirghizistan la semaine dernière était la promptitude à laquelle il est tombé. Bien qu'il se soit longtemps proclamé comme îlot de liberté entouré des autocraties centrales asiatiques, le pays avait tenu pendant presque une décennie. La demande toujours plus pressante de changement économique, l'aliénation des soutiens corrompus au pouvoir, et les difficultés croissantes face à la pauvreté se sont combinés pour créer un terreau politique qui a eu besoin de seulement une étincelle pour mettre le feu. Par des élections parlementaires ce mois-ci, le Président Askar Akaev aurait fini son règne mais tout ceci a soulevé des questions sérieuses sur la stabilité future de l'Asie centrale.

La révolte contre le gouvernement du Kirghizistan suit d'autres qui ont eu lieu dans l’ancienne Union Soviétique – Ukraine et la Géorgie étaient des modèles en quelque sorte du soulèvement de la semaine dernière – mais elle est la première en Asie centrale fragile et potentiellement instable. La Chine a avec le pays une frontière orientale, l'Afghanistan et le Pakistan sont seulement à quelques kilomètres par route, et la Russie maintient une présence étendue dans la région. L'autoritarisme qui définit le gouvernement en Asie centrale a laissé son empreinte politique tout à fait incertain. Le gouvernement d'Akaev a été considéré comme libéral par rapport à l’Ouzbékistan de Karimov, au Kazakhstan de Nazarbayev au Tadjikistan de Rahmonov, , et au Turkménistan de Niyazov. Avec l’effet domino de renversement de gouvernement à l'esprit, tous sont donc susceptibles de traiter l'opposition sévèrement.

Prévisible même si elle n’a pas été planifiée, la révolte a démontré que l'autoritarisme est intenable sur le long terme, mais elle n'a pas éclairé un chemin vers une gouvernance réussie. Alors qu’Akaev s'est sauvé en Russie, une ribambelle de vieux et nouveaux politiciens et chefs d'opposition monte un gouvernement de transition, et de nouvelles élections ont été annoncées pour le printemps prochain.

Pendant plus d’une décennie, Akaev était un marionnettiste politique. Il a centralisé les rênes du pouvoir mais a offert l’apparence d’une large participation politique – jusqu'à ce qu'il ait été battu. Une presse relativement libre, des partis politiques, et des organisations non gouvernementales étaient autorisés – mais seulement jusqu’à un point. À la différence de l’Ouzbékistan voisin, où presque aucune libre expression n'est tolérée, le peuple kirghize pouvait lire et écrire, se renseigner sur le monde extérieur, et indubitablement comprendre les limites de leur économie et de leurs ambitions.

Bien que les dérives autoritaires de l’ancien président soient la cause principale de la crise politique au Kirghizistan, des problèmes plus profonds inhérents au pays soulèvent des questions au sujet de la viabilité des pays indépendants qui ont émergé quand l’Union Soviétique s'est dissoute. Un petit pays, sans littoral, agraire et montagneux, sans moyens évidents de subsistance, la République Kirghize a prospéré pendant l'ère soviétique. Moscou a subventionné ses citoyens fortement instruits pour assurer la stabilité le long de la frontière sino-soviétique. Après l'indépendance, Akaev a habilement décrété une profonde réforme financière, mais il n'a pas pu établir une économie vivant sur ses propres règles. À la différence de leurs plus grands voisins, tous dotés de ressources naturelles abondantes et extractibles, le Kirghizistan et le Tadjikistan voisins ont peu de population, des marchés étriqués, ou peu de produits à vendre. Bien que les petits centres urbains revendiquent des restaurants et des cafés internet désormais, ils démontrent surtout une pauvreté dominante.

Carrefour multi-ethnique, les groupes militants ont vécu dans les régions proches de la frontière, et les conflits de l'Afghanistan voisin se sont de temps en temps étendus dans la société locale du pays. La politique complexe de la vallée de la Ferghana – un couloir fertile où les rebelles de tous bords ont trouvé asile pendant les guerres Tadjikes et les guerres afghanes qui a souffert de la répression dure en Ouzbékistan – a entrainé une résistance armée en provenance du Kirghizistan. Une altercation significative des forces armées Kirghizes avec les groupes terroristes, dans la région méridionale de Batken en 1999, a été relativement contenue. Mais Akaev plus tard a proclamé que les militants étrangers opérant dans le sud du pays ont à plusieurs reprises compromis la sécurité du pays. En dépit des proclamations d'Akaev sur la sécurité du pays jugé faible, les haines locales sont bien plus déterminantes que l'idéologie importée, et ne justifient pas la tactique impitoyable du gouvernement.

En effet, pour des beaucoup de Kirghizes dans le sud du pays, la criminalité provenant du commerce des narcotiques a posé au moins un aussi grand problème que le terrorisme frontalier. Pour la plupart, y compris la moitié des sans emploi parmi la population, le malaise fermente car aucune décision n’est prise.

Pour parer à une économie faible, le pays a regardé vers l'étranger. Alors que ni l'est ni l'ouest n'avaient encore trouvé un rôle pour l'Asie centrale, Akaev a passé la première décennie d’indépendance du Kirghizistan à jouer une carte ou l’autre : Il a sollicité l'investissement chinois pour augmenter le patronage amical de la Russie. À un effort de renforcer le commerce, le gouvernement s'est associé à l'organisation mondiale du commerce et a cherché le soutien pour la création d'un marché commun en Asie Centrale.

Vers la fin de 2001, les conditions ont changé. L'ancienne sphère de la Russie est devenue un échafaudage aménagé pour la coalition mené par les USA contre le terrorisme, transformant un petit pays périphérique en un acteur central. Peu de temps après le 11 septembre, les Etats-Unis ont installé une base militaire juste en dehors de la capitale du pays, où la Russie en avait déjà fait une. Tous les deux maintiendront assurément leur présence militaire, même avec un changement de la conduite politique étrangère kirghize. Les intérêts de la Chine ont crû, aussi. Ses soucis directs concernant l'instabilité parmi ses nationalistes dans le Xinjiang, près de la frontière kirghize, demeurent. (le pays n’a jamais protesté contre les agissements chinois par ailleurs). Mais la Chine a également tiré profit du nouvel environnement de sécurité pour explorer des occasions pour des échanges et investir dans l’énergie en Asie centrale.

Une attention globale sur la région a semblé être l’opportunité à saisir – même si elle concernait des états fondamentalement anti-démocratiques. Des programmes de développement ambitieux d'Akaev auraient être seulement accomplis avec des quantités sans précédent d'investissement étranger, et le réalignement post 11 septembre régional a signifié que l'investissement précédemment alloué pourrait finalement être renversé. Le Kirghizistan est un pays naturellement destinataire plus que probable pour recevoir les bénéfices d’un changement de cap : Les routes chinoises au bassin caspien traverseraient le pays. Seule la possibilité – loin d'être une probabilité – des exportations d'énergie hydroélectrique vers l'Afghanistan, le Pakistan ou la Chine pourrait fournir une base pour l'économie Kirghize.

Ainsi qu’Akaev avait appareillé une vraie démocratie à ces rêves de prospérité, les citoyens Kirghizes pourraient avoir exactement assorti leurs espérances aux conditions économiques du pays. Ce qui, après tout, devrait être un avantage pour la participation politique. Au lieu de cela, la pauvreté a augmenté à travers le pays, accrûe par la corruption gouvernementale. Tandis qu'Akaev se protégeait et sa famille avec des lois d'immunité, il a refusé aux politiciens d’opposition la chance de concourir pour les postes du pouvoir, leur a enlevé des positions élues, les a impitoyablement harcelé ainsi que leurs familles, et occasionnellement, les a envoyé en prison. Le rêve démocratique de l'Asie centrale s’est dissous dans un cauchemar pour les droits civiques.

Pour refouler la marée menaçante de l’opposition politique, les Etats-Unis et les Nations Unies ont poussé Akaev à quitter le pouvoir à la fin de son mandat. Parce qu’il a consenti momentanément à lâcher du lest, il a laissé un vide stratégique dans lequel les candidats ont mesuré leurs chances de concourir avec lui, ou contre lui. Une plus fine démarche aurait pu donner à chacun une certaine marge de manoeuvre. En visant trop haut et puis en refusant de négocier, Akaev a tout perdu.

Même si de nombreux problèmes devront être réglés, le gouvernement intérim a invité Akaev à revenir au pays, d'exil en Russie, avec une immunité conservée. Ses raisons sont claires. Avant qu'un futur gouvernement puisse affronter la pauvreté structurelle et – la possibilité que le Kirghizistan ne soit pas stable – il doit s'adresser à deux collèges électoraux importants : d'abord, les populistes dont la révolte les a porté au pouvoir, et en second lieu, tous ceux à l'intérieur et en dehors du pays qui peuvent aider pour aider à la sécurité locale et régionale. Aucun gouvernement kirghize ne peut avoir les moyens d'effrayer les autocraties du Kazakhstan, d’Ouzbékistan, et de Chine. Et aucun ne peut offenser les anciens adversaires ou les alliés d'Akaev – du moins, pas encore. C’est pourquoi il s’agit d'une gouvernance proche d'un certain immobilisme en Asie Centrale aujourd’hui.

Paula R. Newberg is a Guest Scholar at the Brookings Institution. Traduit par Jean-baptiste Davoust.

© 2005 Yale Center for the Study of Globalization

Add new comment

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.